Compte de résultat différentiel : comment ça fonctionne  ?

Toute entreprise doit tenir une comptabilité sincère et régulière. Même si la loi ne l’oblige pas pour certaines entreprises, cela va permettre aux entrepreneurs de voir clair dans l’avancement de leurs activités mais aussi de disposer d’un véritable outil de preuve face à l’administration ou lors de certains litiges. Parmi les documents comptables d’une société, on distingue notamment le compte de résultat.

Il s’agit d’un document de synthèse très important, qui retrace pour une période donnée, tous les flux ayant impacté, positivement ou négativement, le patrimoine d’une entreprise (qui est lui « photographié » par un autre document comptable : le bilan prévisionnel). Le compte de résultat permet donc de juger de la réussite ou non de l’entreprise sur une période. Il existe une autre variante de ce document appelée compte de résultat différentiel.

Ce dernier facilite encore plus l’analyse de la rentabilité de l’entreprise. Comment mettre en place cette variante ? Comment fonctionne-t-elle ? Nous répondons à ces interrogations dans le présent article.

Compte de résultat différentiel : définition et utilité

Le compte de résultat différentiel est en réalité un tableau qui pour chaque étape de fabrication ou de vente de produits met en évidence les charges variables de l’opération et fait apparaître les marges sur coûts variables servant à la détermination du résultat. Le compte de résultat différentiel indique comment les coûts variables couvrent les coûts fixes et permet ainsi de mesurer la part de richesse.

Le compte de résultat différentiel est un outil qui permet véritablement de faire une étude prévisionnelle. Il est un véritable indicateur de performance qui va servir à mesurer comment chaque produit (ou service) contribue à la création de la richesse. On détermine ainsi le seuil de rentabilité de l’activité ainsi que sa marge de sécurité et on peut prévoir d’ores et déjà l’avenir de l’entreprise. On peut détecter les activités qui ne sont pas rentables et les stopper.

Principes du compte de résultat différentiel

Comme vous l’avez deviné, construire un compte de résultat différentiel revient à reconstruire le compte de résultat « classique » tout en différenciant les charges variables et fixes. La première des choses à faire est donc la distinction des charges, ce qui est la principale difficulté lorsqu’on veut produire un compte de résultat différentiel. En effet, la catégorie de nombreuses charges est souvent considérée à tort.

En effet, les charges variables appelées aussi charges opérationnelles ou charges d’activité sont celles qui sont liées au fonctionnent d’une entreprise. Ce sont des charges qui varient en fonction du volume d’activité. Plus l’activité progresse, plus ces charges seront importantes et vice-versa. À titre d’exemple, l’entreprise qui doit vendre 1 500 jeux a besoin d’acheter 1 500 CD. Si la quantité de jeux diminue, le besoin de CD diminue également. En revanche, les charges fixes ou structurelles sont celles qui ne dépendent pas de l’activité, mais plutôt à l’existence même de l’entreprise.

Ce sont des charges indépendantes qui sont supportées par l’entreprise, quelle que soit sa situation. Peu importe si elle a fait de chiffre d’affaires ou non. Si l’on reconsidère l’exemple précédent, la charge fixe sera celle que l’entreprise aura à supporter qu’elle vende 1 500 CD ou qu’elle en vende 500. C’est le cas par exemple du loyer, des rémunérations du personnel administratif, etc.

Il existe une autre catégorie de charges : les semi-variables. Ce sont des charges dont une partie dépend de l’activité alors que l’autre est indépendante. C’est le cas par exemple pour la rémunération des commerciaux dont une partie peut être indexée sur les ventes. Après la distinction des charges, il faut maintenant passer à la mise en place du compte de résultat différentiel. Tout se fait sur la base du chiffre d’affaires (CA). Celui-ci comprend en effet, les charges variables (CV) et la marge sur coûts variables (MSCV). Le résultat s’obtient après une différence entre la MSCV et les charges fixes.

Le schéma est le suivant :

Schéma compte de résultat différentiel

 

Il faut noter que la marge sur coûts variables ne doit pas être déterminée en globalité, mais produit par produit. Ensuite seulement on additionnera.

Illustration du compte de résultat différentiel

Pour illustrer, prenons l’exemple d’une entreprise spécialisée dans la fabrication et la commercialisation de téléphones. Pour l’exercice X, son compte de résultat présente les éléments d’exploitation suivants :

  • Ventes de 1500 produits au montant de 2 600 000 euros
  • Achat de matières premières : 500 000 euros
  • Achat de fournitures : 200 000 euros
  • Valeur de production stockée : 500 000 euros
  • Frais de publicité : 4 000 euros
  • Loyers immobiliers : 200 000 euros
  • Rémunération du personnel : 400 000 euros
  • Frais bancaires : 40 000 euros
  • Déplacement : 30 000 euros
  • Impôts et taxes : 120 000 euros

Dans ces éléments présentés, il faut noter que 75 % des frais bancaires représentent une commission perçue sur les ventes de marchandises. Les frais de déplacement dépendent à 50 % du niveau de l’activité alors que les frais de publicité, quant à eux, dépendent à 80 % de l’activité. À base de ces différentes données, nous allons construire le compte de résultat différentiel. Pour ce faire, commençons par établir le tableau d’affectation. Il se présente comme suit :

Éléments d’exploitation Solde (en €) Ventilation
Charges fixes (en €) Charges variables (en €) Total charges (en €)
Achats de marchandises 700 000 0 700 000 700 000
Valeur de production stockée 500 000 0 500 000 500 000
Frais de publicité 4 000 800 3 200 4000
Loyers immobiliers 200 000 200 000 0 200 000
Rémunération du personnel 400 000 400 000 0 400 000
Frais bancaires 40 000 10 000 30 000 40 000
Déplacement 30 000 15 000 15 000 30 000
Impôts et taxes 120 000 120 000 0 120 000
Total 1 994 000 745 800 1 248 200 1 994 000

 

De ce tableau d’affectation, on déduit le compte de résultat différentiel suivant :

Poste Montant (en €) % du chiffre d’affaires
Chiffre d’affaires 2 600 000 100 %
Coûts variables -1 248 200 69 %
Marge sur coûts variables 1 351 800 48 %
Charges fixes - 745 800 29 %
Résultat 606 000 23 %

Sur la base de ce compte de résultat différentiel, le seuil de rentabilité de l’activité peut être déterminé. Sa formule est la suivante :

Seuil de rentabilité (S) = Charges fixes/Taux de MSCV

En appliquant cette formule, on a : S = 745 800 €/48 % = 1 553 750 €. Cela signifie que l’entreprise aura un résultat nul lorsqu’elle va générer un chiffre d’affaires de 1 553 750 euros.

En conclusion, retenons que le compte de résultat différentiel est un tableau destiné à l’analyse de rentabilité d’une entreprise. Il permet à l’entrepreneur de faire une étude prévisionnelle en fonction de l’activité à venir, des produits, charges, investissements et de calculer le seuil de rentabilité. La mise en place de ce compte est très simple. La véritable difficulté que l’on peut ressentir réside dans la distinction des charges fixes et variables. Mais à partir de l’instant où cette distinction est faite, la construction du compte est assez simple.

Compte de résultat différentiel : comment ça fonctionne  ?
4.5 (90%) 2 votes

Commentaires

© Copyright 2020,